Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La tempête s’affole d’eaux à flots de vents

s’ébruitant long de murs gris et de sots boudoirs ;

-devons éviter à raser ces murs-perchoirs

pots de fleurs meurtris s’abandonnant à ce temps

 

L‘âme flotte bord de la Grande bleue brumeuse

d’un voile anglais ressemblant à Dame charmeuse

rappelant gente plume de Collins... hasard

d’une rencontre de blanc vêtue du blizzard

 

Comme un appel à sauver la Dame en les vagues

enroulant le vent et les eaux d’un coup de dagues

devons Nous rapprocher de cette plage morte

où même goélands... se sont enfuis de sorte

 

La tempête s’affole d’eaux à flots de vents

ivrant les regards de larmes salées du temps

au creux de la Ville aux Citrons... fin de décembre

de déferlantes subjuguant... baladins d’ambre

 

Tels des réfugiés... marchons à reculons

recherchant l’abri de fortune... Ô loin des eaux

oubliant la Dame en blanc... du voile laiteux

Ô.. d'un bienheureux rhum ambré... Nous requinquant

Oli ©Flots de Vents

©(P)02/02 … (12) Hely P7

 

 

Tag(s) : #poésie_Années_Pb, #poésie_12syllabes, #Poésie_Quatrain
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :