Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

C‘est comme si le pleur s’en allait

au fil de l’heure adoucie qui se déroulait

la petite fille l’écoutant sagement

les cheveux au vent sans autrement

son grand-père lui contant secret

de son ambroisie de l’amour doux et  discret

Au loin ce pleur de son vol ailleurs

à s’amuser au bord de vagues d'océan

avec ses copines courant au gré du vent ;

la tite fille savait ce caprice d’heures

bien sot... auprès de son beau grand-père

toujours à ses côtés même en l'heure-misère

C‘est comme si le pleur s’en allait

au Pays du chagrin grisé de son parfait :

il ne restait que vol d’une larme égarée

sur ce visage rose... naguère apeuré

comme présente à se recevoir

brisant la raison à ne plus se concevoir

Sur les genoux de son cher grand-père

s’endormit la petite fille de l'heure heureuse

au Pays du rêve et du vent de cornemuse

de mélodie plaisant à la Terre

une Terre qu’elle imaginait des plus belle,

qu’elle survola... battement d’ailes

©Le Vol du Pleur

©(P)-29/07  YouC  (9,12) Y9

 

 

Tag(s) : #poésie_Bisyllabes, #poésie_Années_Yb, #Poésie_Sixain_à_huitain
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :