Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au fond de la Vallée, coulait pâle ruisseau

Celui de nos Amours fredaines et sensibles,

Laissées, un jour tremblé, sous le frêle arbrisseau

Un doux soir d’automne, de jamais incessibles.

 

Que de libellules s’adonnant à danser

Guidant l’élégance de la belle espérance

Comme à Nous souffler divins mots à prononcer

Au jeté de monnaie... fuyant l’évanescence.

 

Et ce bel automne nous offrant folle feuil’

Pavanée de senteur du reflet des hivers

Frôlant l'âpre peine de douceur trompe-l’œil,

Harangua cette vie d’un regret découvert.

 

Au fond de la Vallée, bruissait un Madrigal

Pleurant belles Amours d’un Temps alambiqué

Au Nom de sa beauté et désir abyssal,

Le Nôtre... tant aimé... parfois revendiqué.

Oli © Bruissement Automnal
©(P)-07/07    (12) *Aussy. Z5

 

 
christinegautheronchristy    20sep 2021  Fabuleux et élégant 🙏❣️💙❤️🌺l_onde.blue 20sep 2021😍 Très joli poème avec des rimes qui se croisent en toute élégance ! 👏👏🧡esthel.poemes.bis 20sep 2021 Très beauama_41 20sep 2021  Élégant et superbe !😍pluiedesable 20sep 2021 Ce bruissement ravive certains désirs avant que ne vienne l’hiver.C’est d’une grande beauté comme tous vos poèmes.
Merci pour ce plaisir toujours délicat émanant de votre art de poétiser. 🙏♥️
Tag(s) : #poésie_Années_Z, #poésie_12syllabes, #Poésie_Quatrain
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :