Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Nous nous sommes perdus en l’horizon

De mots insensés d’un Air de satin

A l’écart de Gent ignorée... au Soir

Où une brise forçant à s’asseoir

Murmura frissons en nos joues airain

De douces pensées riant à foison.

 

Puis, tout doucement, la Lune est venue

Nous éclairer en robe de soirée

Nous ayant choisis tels élus du Soir

Où se compose la Vie d’un bonsoir

Murmurant des mots à l’aimer dorée

De douces pensées osant retenue.

 

L’instant savouré, la Lune grimpa

En l’Orient céleste embelli d’étoiles

Ô se bousculant pour en saisir traîne

Soulevant regards de fête foraine

Rêvant de beauté nos instants de toiles

En l’ivre nuitée s’annonçant pampa.

 

Tes cheveux au vent sous brise ariette

Brillaient du désir ambré de la Lune

De Nous retenir encor au bord d’eau

Clapotant d’Olas... le tendre tableau

Frôlé de nos mains aux corps de lagune

Que nous dessinions d’une vaguelette.

Au Minuit sonnant, la Lune voilée

De preux nuages, osa se cacher ;

Chemin de ronde s’épuisa de l’ambre

Ô.. Nous blottissant recherchant gente ombre

De l’Un ou de l’Autre, à se désirer

Du parfum aimant l’âme dévoilée.

 

Nous nous regardons sous la voûte aimée

De nos mains perdues en les corps transis

Composant un trouble aux frissons élus

Lâchant le Ciel et ses malentendus

Brisant la Lune des moments choisis,

Offrant aux Amants la folie clamée.

 

La Bise venant, nous marchâmes long

De la Rive ancrée à la Bleue Vézère,

Ô se reflétant encor du miroir

De Dame Lune et de son souvenir,

Tel Nous éclairant le Chemin de Verre

Brillant nos regards d’un doux tourbillon.

 

D’un même frôlé, nos Pas sourds esquissent

Un Chœur chaloupé, blotti en les mains,

Comme bleu Trésor d’un Ciel étoilé

Vaguant les pensées d’un Voyage ailé,

Murmurant nos Cœurs courant aux matins

D’un seul refrain où Âmes s’étourdissent.

 

Puis, perdus, nous sommes en la bruine

Couvrant nos émois d’instants oubliés

Au fil du bruit d’eau caressant les mots

Volés de lèvres aux désirs gémeaux

A se dévoiler  beaux, nus, abrités

Sous l’arcade de Vie, de corps-feutrine.

 

Oli ©Au Fil du Bruit d’Eau

©(P)-01/05  (10)     *YouC Y7

 

Tag(s) : #poésie_Années_Yb, #Poésie_Sixain_à_huitain, #poésie_10syllabes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :