Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Evidemment l’automne s’endort même au soir

De ses reflets ambrés brisant l’air monotone

de son parfum d’humus délaissant l’arrosoir

Sous la fraicheur indue d’un hiver qui marmonne

 

Evidemment feuilles attendront la belle aube

Nervures enflammées épuisées du soleil

Elle rêvent encor de ce Temps et de l’ode

Comme Vous du sable même au bord du sommeil

 

Evidemment l’aube se révélant gracile

Feuilles de l’automne brillent de l’émeraude

Résistant pluies et vents annonçant le fragile

Comme Vous dévoilant l’havre corps sous l’eau chaude

 

C‘est encor octobre  l’été indien attend

Ce moment ineffable où vous tendrez la main

À la raison du Temps de plaire encor l’instant

De la brillance au jour me plaisant du parfum

 

L‘automne avance à l’aube et chantez autrement
D’une danse de l’ambre aimant évidemment 

Oli ©Goût automnal !

©(P) -19/10  YouC(12)  X0

 

Christian Satgé 20 octobre 2020 8 h 41 min

Toujours cette poésie du verbe et de l’émotion à laquelle on ne saurait résister. Bravo et merci Oli’.

Tag(s) : #poésie_12syllabes, #Poésie_Quatrain, #poésie_confinement
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :