Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Place Saint-Germain-des-Prés passent libellules

Cherchant vaines rues et parfums au fil d'un choix

Souvent il se dit au premier rai de soleil

Comme un grand besoin de paraitre à des émaux

Au regard hébété de gens assis hagards

Murmurant des mots souvent sots, les ressemblant

 

Place Saint-Germain-des-Prés, semble Vous attendre

Ô.. point il ressemble à Gent assise à côté

Non seulement de par leurs onomatopées

Que de boissons gazeuses tant édulcorées ;

Oui, comme le Thé de la saveur qu’il Vous plait

Un café allongé... attend sa protégé

 

Le Temps s’épuise tout doucement de sa robe

D’un mois de mai posé et de ses fleurs jonchant

Eparses au sol d’autant sous un vent coquin ;

Pourtant dix-sept heures Ô.. sonnent au clocher

Faisant voler mouette endormie follement

Lui rappelant d’un trait qu’il Vous attend d’un songe

 

Passent des gens inconnus se ressemblant tous

Posant l'avide coup d’oeil... recherchant la place ;

-Au Bonaparte, summum… à s’asseoir devant

A se montrer… quoique ignoré puisque inconnu

Grisant carnet d’adresses sur p’tits calepins

Savourant divin instant même improvisé

 

Place Saint-Germain-des-Prés, de raison soir tombe

Vous n’êtes venue comme il le suppose encore

Le sot portable résonne de votre absence ;

-Ne vous pressez pas, Ô.. quelques Américains

L’ont adopté riant ravis de son accent

D'un bourgogne aligoté... délaissant tristesse.

 

Oli ©…Place St Germain des Prés

©(P)-20/05  Suba (12). Q4

 

 

Tag(s) : #Poésie_Sixain_à_huitain, #poésie_Années_Q, #poésie_12syllabes, #Poésie_Paris
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :