Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au delà du levant, en des flots fort lointains

Accepte douce main comme offrande satin

Tu souris : le ressens, ce matin palatin ;

Paupières closes noient nos plaisirs incertains.

 

Rejoins-moi nue fragile d'une envie choyée

Au bout de la jetée près de l’âme noyée

De la barque brune, où tendent de fiers ajoncs

Caressant belle ondée, et rochers sauvageons.

 

Ecoutons-y brise perdue d’océan vain,

Où se cachent les mots irisés du refrain

Murmuré, frissonné, de nuits au coeur divin,

Poussant au grand large, “Amant du Temps serein”.

 

Profitons de l’aurore, à suivre libellules

Et libres Vanesses de leur volée sans bulles :

Beaux danseurs au matin, ivres du Dieu soleil

Nous envolant damnés de la beauté du Ciel.

 

Rêvons, où nous irons en Pays des Cinq Sens

Où l’interdit se meurt sans une évanescence,

Où nos mains ressemblées, vagueront de plaisance

À travers voyages, anoblis de nos sens.

 

Au delà du levant, en l’Île-Paradis

Retiens notre chagrin : Offrande, du maudit !

Tu pleures : le perçois, ce soir de l’Au-revoir ;

Lèvres entrouvertes... louent l’Amour d’un miroir.

Oli ©…L'Île du Levant

©(P)28/12…Aud (12). Y5

 

 

Tag(s) : #poésie_12syllabes, #Poésie_Quatrain, #poésie_Années_Yb
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :