Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le vent hurle au dehors de blanche Demeure

du froid présent au soir, toujours il demeure

 

Où êtes-vous là, devions Nous retrouver

Demeure d’Yze au soir autour d’un dîner ;

ces heures écoulées contemplant grand vent

dans le vieux salon au miroir vieillissant

ont troublé mon battement d’un froid pesant

rougissant doigts et visage m’endormant ;

-ne me souviens plus l'ombre au temps parcouru

le vent soufflait com' un fou ayant couru

jusques à la lie blêmissant com' fantôme ;

-lors j’ai monté les marches... d’un souffle atone

 

Le vent hurle au-dehors de blanche Demeure

du froid présent au soir, encor il demeure

sous la couette face à la cheminée

muette du calme de flamme oubliée

prisonnière d’un poêle à fuel... fort pâle ;

-m’enfonce écoutant ribambelle en la salle

de sons astreignants et éperdument fous

com' d’une malice à la grâce de Vous

où fuis en limbes au loin de l'espérance

à se revoir là, com' chaude délivrance

 

Où êtes-vous ce soir sonnant le janvier

Vous attendais dans le chaud com' au premier

jour plaisant d'ombres et flashs à nos regards

au Macao lumière sombre du noir

autour d’une tequila et ses rondelles

s’amusant... brillant lèvres violoncelles

jouant accords fil de doux son retenus

d’un murmure rappelant des airs connus ;

-Vous souvenez-vous du soir d'un baiser ivre

brûlant ces cœurs aimant quelquefois revivre

 

Je somnole sous le silence apparent

observant cette cheminée de son vent

jouant au fantôme libertin... d'un souffle ;

-que faites-vous folle ivresse... je m’étouffe...

un cri strident hurle l'air froid  de l’effroi...

je blêmis du tremblement soudain  : -j’ai froid ;

la Demeure d’Yze hésite... se réveille ;

que de hurlements criés... Ô je m’éveille...

me levant... balai en main fouettant l’antre ;

-une effraie crie “Prince... sauvez-moi, diantre” !

 

Où êtes-vous Dame...  ne Vous entends plus

Dame Effraie... la chute l’ai-je résolue

Vous seriez-vous endormie sous... vent d’autan

Vous seriez-vous réfugiée court instant...

votre frayeur criée a hurlé ce corps

...perles chaudes trempant vêtement d’accords ;

-vous ne me dites mots, oh ! com' Miss Désir...

du silence, me conduit au souvenir

seul... cette nuit froide ventant nus les arbres

demain matin... je ramasserais leurs branches

 

Le vent hurle au-dehors de blanche Demeure

dans le froid tremblotant... je compte les heures ;

bientôt m’endormirais seul sous la couette

observant le vieux miroir à devinette

usé d’un Temps passé sur la cheminée

ou des limbes.. dormez nue... imaginée ;

-que n’ai-je pensé... venant ce vendredi

loin de tout bruit et fantaisies de Paris ;

-l’amour a ses raisons ignorant le Temps...

…à l’aube, m'éveillerais… raison d’autant !

Oli ©Blanche Demeure

©(P) -19/01  … Rochelle  (11)Q1

 

 

Tag(s) : #Poésie_Neuvain_&+, #poésie_Années_Q, #poésie_07_09_11syllabes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :