Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Un deux trois, un deux huit quatre sept sise

la petite fille brune comptait

du haut de ses quatre ans, enfin assise

aux pieds du grand sapin vert, du Comté

sous un regard brillant douce étincelle

de parents, heureux du soir de Noël.

 

Un deux trois quatre, … fixant les guirlandes,

Margo chantonnait douce... ses offrandes ;

boules de Noël ou  mille cadeaux,

peu importait, c’était les ses “Gâteaux” ;

ses yeux pétillaient d'idées et merveilles,

comme les joues des Aimés...  de vermeilles.

 

Margo observa le trop beau sapin,

et guirlandes dorées, et son étoile ;

Ô.. devinant que le fameux destin

était de plaire, tel le beau Sapin

à ses hôtes de cœur qu’elle adorait ;

Chaque beau matin : Ô.. le décorait!

 

Margo se tourmenta du vilain Temps ;

la belle cheminée ne brûlait pas

ce bois coupé par son gentil Papa ;

un vilain froid au Goût fade et vexant

gonflé de neige née de vagabonds

nuages laids... tremblait d'humble abandon.

 

Demain devrait être le Jour : cet’ Nuit

Margo prierait fort du beau sourire

pourqu’il réchauffât la Vie à minuit

en douce Maison et dame nature ;

la cheminée brûlant  ses bois posés

évitant le froid à tous ses aimés.

 

Lors, son Papa, Ô.. toujours pour lui plair'

lui chantonna quelques douces contines

de Noël, sous regard sonnant l'éclair

d’une Maman essuyant quelques larmes,

et des ronrons du chat nommé Grisous

réclamant encor caresse  et bisous.

 

Margo s’endormit en un doux sommeil

rêvant de bonbons et tendres cadeaux

déposés au bord de tous les bateaux ;

“souliers dormant sous le noble sapin” ;

le sien, choisi de la couleur satin

pour plaire à barbe blanche de Noël.

 

À l’aube assise écoutant sur son lit,

voyant le Soleil enfin  resplendir

Margo sut on rêve comme accompli ;

au bras de sa Maman, elle eut plaisir

d'être en sourire face au “beau sapin”

et des cadeaux au creux d’un baldaquin.

 

Margo riait pleurait de son Bonheur ;

oh ! bien sûr, son Papa chéri n’était

le Père Noël : juste tendre Cœur

l’aimant très fort : toujours il reflétait

son rêve du  Prince au matin à croire

qu’un beau jour,  elle vivrait joli soir.

 

Oli ©Soir de Noël

©(P)-30/12 à Muse S. (10) *Y6

 

 

Tag(s) : #Poésie_Sixain_à_huitain, #poésie_Années_Yb, #poésie_10syllabes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :