Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Azay ! ton historique, conté d'un

Zeste feutré d'envers italien,
Azay ! de par Ridel, assis sur l'Indre
Y règne, en naïade... au trémolo timbre.

 

Le Passé au Nom brulé, s'est tassé
En souvenir d'un Dauphin oublié,
Reste Berthelot ! magie argentée
Ineffable de Renaissance aimée.

 

De Corps gothique, à l'aspect souriant
Elancé de courtoises tours d'antan,
Aménagé d'un faux chemin de ronde ;
Poème est ton Reflet... d'un autre monde.

 

Par l'élégant Corps de Logis de vie
Au sublime escalier... à volées droites,
Rare mais flatté de tapisseries,
Chenonceaux, cousin, à tes pieds se jette.

 

Azay, Azay, ton chatoyant parc jade,
Ravive les fosses... en miroirs d'eau,
Ta délicate harmonie joue gente ode
Suave où s'y caresse... blanche peau.

©Azay l'Elégant
©(P) -26/08  ..Ccy (10). P9

 

Tag(s) : #poésie_Années_Pb, #Poésie_Quatrain, #poésie_10syllabes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :