Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au matin éveillé, au fond du jardin

Flânant en légèreté et chuchoté

Suivant la ligne de son cœur baladin

Helly remarqua la Rose d’à côté

Vivaces géraniums au bleu-lavande

Remuant pétales à danse avenante.

 

Séduite, Helly s’approcha de la Rose

Toute hésitante, sentant le parfum d’ose

Qui s’offrait suave, à sa seule présence

Au cueilli saluant la délicatesse.

 

Ô Rose avait murmuré reconnaissance

L’osé caressé de mèche flavescente ;

« Ne m’abandonne jamais en pauvre vase

Où l’eau se croupit d’une mort sans emphase

Et chaque matin et coucher, t’offrirais

L’Or de mon évanescence parfumée

Plaisant à douce Vie de Lune enflammée

Où vit le goût du rêve bord de marais »

 

Depuis, Helly ne cessait d’offrir à Rose

Chaque matin et coucher un peu d’amour

Magnifiant l’eau respirant fond du vase

Pour que Rose vive au reflet de l’ajour

Oli ©La Rose du Jardin

©(P)-24/06  *Helly (11) P7

 

Tag(s) : #poésie_Années_Pb, #poésie_07_09_11syllabes, #Poésie_Sixain_à_huitain
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :