Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Assise, là,  dans l’écume blanche

Douce Elise observa l’avalanche

D’une vague bleue d’un Temps fragile

S’épuisant à ses pieds, Ô.. gracile

Comme tirant gente révérence

À tite Princesse d’un dimanche.

 

Tapotant des petites mains roses

À chaque venue de vagues closes

Douce Elise riait joliment

Plaisant à l’océan sûrement,

Levant délicat chant de mouettes

Tournoyant jolies danses-causettes.

 

Eole, larme à l’œil... s'en délecta ;

Point d'espoir à que brise souffla

Sur vagues, augmentant l’amplitude

Risquant d’imbiber la quiétude

Et l’Amour reflétés en regard

De douce héroïne en étendard.

 

Un instant, posa, un doux sourire

Aux aimés d’un charme-cachemire

Assis sur le sable chaud et blanc

Observant tels des parents aimant

Leur petit bout de chou s’amusant

À jouer de vagues sans un vent.

 

Eole la larme à l’œil s’endormit

Laissant vagues danser son tournis.

Oli ©L’Ecume Blanche

© (P)-18/08     You C. (9) *Y7 

 

 

Tag(s) : #poésie_07_09_11syllabes, #Poésie_Sixain_à_huitain, #poésie_Années_Yb
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :