Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

De plus en plus tard, le frêle soupir

se tait de son insomnie, comme un vent,

pleurant contre un mur, d'un son s'en allant

au bout du chemin jusques à frémir

de vaine attente s'épuisant du chant,

De grenouilles chavirant l'avenir

 

Vous m'attendez là, refusant l’oubli

de cette histoire se blâmant "périr",

au vent du remords là.. guère établi,

d'un son refusant ce dur mot finir,

comme un besoin de croire à ce désir ;

-d'être ensemble se doit se convenir

 

Les cigales curieuses de l'ombre,

brisant le vent, du voile élançant l’ambre

du couchant frêle, hésitant un sommeil,

dansent, vibrant joli cœur en éveil,

jouant rides d'eau glissant aux chevilles,

Vous gardant douce au vent de peccadilles

 

Au soir s'endormant, bord de l'étang rose

de l'attente vaine au sentiment d’ose

du repos s'étirant bord du regard,

vous rêvez de ce jour, où ce hasard

Nous croisa, fragile à Vie poétesse,

conviant le jour, semant la tendresse...

Oli ©…Une Histoire

©(P)-15/08 … Ambre  Y9 (10)

 

 

Tag(s) : #poésie_Années_Yb, #Poésie_Sixain_à_huitain, #poésie_10syllabes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :