Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Il pleut averses... Clown avait prévenu

Se frottant belle oreille à l'aube en éveil

De ses pattes au velours  entretenu

Comme enchantant légendes au pluriel

 

Courbé, le dos rond, aérant la fourrure

Ying Yang,  reflétée d’un doux autrefois Tibre

Flattant bel hôte à sa douceur du temps libre

Griffer l’arbre du jardin d'Yze en bordure.

 

Fine pluie s’épanouit  au Prince espiègle

Aimant se tremper, détroussant triste règle

Chuchotant que chat s’ennuie de toute pluie

Ouvrant le tiroir... cherchant le parapluie

 

Piaillements tombent : Clown en creux d’un tronc

N’ose descendre la pente trop glissante

Guettant le Ciel de prudence délassante ;

D’aucun ne pense... qu’il soit divin poltron !

 

 

Félin hulule et une échelle hésitante

Sous un vent moqueur le sauva de misères ;

Ce bel imprudent, joli Marquis des airs

À travers herbes, rechercha Habitante

 

Face à l’absence, compagnon voyageur,

Marquis du jardin se surprit à rentrer

En son bel home, d’un pas léger, feutré

Auprès d’invités à l'air commun songeur

 

Sautant sur le pouf, Clown... fier, les observa ;

L’hôte fâché du novembre pluvieux

Taisant les envies d’un deux pattes frileux

Songeait au retour... sous l’esprit d’un calva.

 

Jour s’enfuit, pâle, laissant l’hiver frémir

De sa note froide, usant couleur, odeur

D’automne pleuré, en boule de soupir ;

Sa Splendeur... ronronna repu, en charmeur !

Oli ©Sa Splendeur

©(P) -28/11  Suba (11) Q0

 

 

Tag(s) : #Poésie_Quatrain, #poésie_Années_Q, #poésie_07_09_11syllabes
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :