Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ils passent encor doucement au gré du vent

Naissants ou voyageurs venant d'Île Ouessant

Gorgés d'eaux pour quelque horizon fort invisible

Délaissant contrées en attente... un soir risible

Pour raison inconnue... pauvre Terre aride

Témoin de fleurs et feuilles tombant tout en rides

Fatiguées à lire formes... d'un ciel ombreux

Jusques au crépuscule ombrant le nuageux

 

C'est qu'ils ont ... vent en poupe... ces beaux prétendants

Au plaisir de leur eau parfois les déformant

Jusques à ressembler à vestiges de vie

Troublant au passage regards sur exuvie

Comme une comète interrompant blanche trace

Au plaisir d'un murmure avant qu'il ne s'efface

Nous abandonnant d'autant en été... au voeu

À ce qu'ils reviennent tambouriner le Bleu

 

Ils passent encor finement au gré du vent

Ces voyageurs soi-disant de l'Île Ouessant

 

Oli ©…Ces Voyageurs

© (P)-     (12)YouC  20/08 X2

 

 

Tag(s) : #poésie_Années_X, #poésie_12syllabes, #Poésie_Sixain_à_huitain
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :